Miss.Tic : la sorcière mutine du street art français

Impossible de ne pas penser à la sorcière de Picsou en lisant le surnom de l’artiste.



Heureuse coïncidence ou calcul de l’artiste ? Dans ce cas de figure, la deuxième option

fait office de vérité.

Quand Radhia de Ruiter saisit une bombe de peinture, la jolie brunette s’efface au profit

de Miss.Tic, la figure de proue du street art français.

Depuis 1985, la sorcière mutine orne les murs de Paris de ses pochoirs ambigus. Et

depuis 1985, les propriétaires de ces bâtisses lui mènent une lutte acharnée. Culture

underground, arrestations par la police, condamnation… Jusqu’à présent, rien n’a pu

empêcher l’esprit libre de s’adonner à son art.

Amoureuses des 11 e , 13 e et 21 e arrondissement, l’artiste prend un malin plaisir à jouer à

cache-cache avec les forces de l’ordre. Peut-être serez-vous suffisamment chanceux

pour tomber sur l’un de ses pochoirs avant que les autorités ne l’effacent…


Une enfance en 50 nuances de gris

Le 20 février 1956, Radhia de Ruiter pousse son premier cri. Dans la Ville Lumière, les

parents du beau bébé ne pourraient être plus heureux.

Son père, un Tunisien expatrié en France, se délectera de chaque moment passé en la

compagnie de l’adorable petite fille. Travailleur sans relâche, les longues journées

passées à l’usine ou à soulever des caisses au fort des halles s’adoucissent à la vue de la

petite Radhia.


Sa mère, quant à elle, se consacre entièrement à sa petite famille. Paysanne éclairée,

elle virevolte entre les chaudrons noircis par le charbon et les livres écrits par d’illustres

artistes contemporains.

Quand Radhia a huit ans, sa famille décide de quitter la Butte Montmartre pour

s’installer à la Cité des Aviateurs à Orly. Malheureusement, Dame Fortune cesse de

veiller sur le foyer… En 1966, la famille est au centre d’un drame : la grand-mère, la mère

et le frère de Radhia perdent la vie au cours d’un accident de voiture.

Pour la fillette de 10 ans, cet événement sera traumatisant. C’est comme si le monde lui

tombait sur la tête… Essayez d’imaginer si à cet âge, vous perdiez vos repères sans crier

gare… Aujourd’hui adulte, Radhia de Ruiter ne peut s’empêcher de penser que ce drame

a fait d’elle une "gauchère obligée".

Malheureusement, ses mésaventures ne s’arrêtent pas là. C’est comme si le destin

s’acharnait sur la fillette aux longs cheveux bruns… En 1972, son père fait une crise

cardiaque qui lui sera fatale. Alors qu’elle n’a que 16 ans, Radhia de Ruiter a perdu tous

les membres de sa famille nucléaire.


Cette perte marquera son départ pour Saint-Germain-des-Prés où sa vie prendra un

nouveau départ.


Une adolescente avec des rêves pleins la tête

Arrivée à Saint-Germain-Des-Prés, Radhia de Ruiter se prend d’affection pour le théâtre.

Pendant ses études secondaires, elle étudie les arts appliqués tels que la maquette et la photogravure.

Seulement voilà… Radhia de Ruiter a l’impression qu’il lui manque quelque chose.

Une fois son bac en poche, elle s’envole pour la Californie (États-Unis) dans l’espoir de combler ce vide qui la dévore.

Entre les planches de surf et les bars bobos de l’État ensoleillé, Radhia de Ruiter

tombera folle amoureuse du graffiti. Cet art subversif, un peu insolent et qui ne se plie à

aucunes règles deviendra son âme sœur.

Après deux ans passés au pays de l’oncle Sam, Radhia de Ruiter rentre en France. À peine

arrivée, elle fera la rencontre d’un beau jeune homme avec lequel elle se voyait finir ses

jours. Eh oui, malgré son air un peu sauvage, la jeune Radhia est une romantique

inconditionnelle.

Malheureusement, la relation prendra fin, la laissant dans un désarroi total. C’est alors

que son regard se posa sur une bombe aérosol…


L’art me ment par Miss.Tic


Attention, voilà Miss.Tic

Quel meilleur moyen d’exprimer toute cette souffrance qu’avec des graffitis ? Pour

Radhia de Ruiter, la déception s’est muée en une force créatrice. Seulement, avant de

recouvrir les murs de Paris de ses états d’âme, elle doit se trouver un surnom.

Amoureuse de la féminité, elle recherche une femme intelligente et qui ne craint pas

d’être complimentée pour sa beauté… Révolutionnaire, elle veut un nom qui titillera

l’esprit…

C’est à cet instant qu’elle pense à Miss Tick, la sorcière Italienne qui en a après le sou

fétiche de Picsou. Ses longs cils recourbés, ses hanches bien dessinées et sa démarche

chaloupée sont une ode à la féminité. Pour autant, Miss Tick est loin d’être une belle

plante… Ambitieuse, cette demoiselle intelligente est capable d’élaborer des plans

terriblement efficaces.

Inspirée par le personnage, Radhia de Ruiter décide de retirer le "k" de Tick pour s’en

différencier. Miss.Tic était née !

En 1985, Miss Tic raconte sa vie sur les murs des quartiers de Ménilmontant,

Montmartre, le Marais, Montorgueil et la Butte-aux-Cailles. Désirs, ruptures,

fantasmes… L’impétueuse brune se met à nu (au sens figuré) pour interpeller les

passants. Très loin des clichés de la femme marchandise, elle dépeint des créatures

voluptueuses, bien décidées à prendre leurs vies en main.


En 1986, Miss.Tic réalise sa première exposition personnelle dans la librairie Épigramme