Marilyn Monroe : la pin-up qui rêvait d’être une étoile



Quand Norma Jeane Mortensen poussa son premier cri, absolument rien ne laissait présager son destin mi-glorieux, mi-dramatique. Une mère alcoolique et schizophrène qui fera régulièrement des séjours en institut psychiatrique… Un père absent, dont la paternité est remise en doute à de multiples reprises… Une famille déchirée par les démons des uns et des autres.

Pourtant, malgré ce départ chaotique, Norma Jeane Mortenson parviendra à tirer son épingle du jeu. Farouche, déterminée, la jeune fille native de Los Angeles rêvait de briller parmi les célébrités d’Hollywood. Près de six siècles après son décès, jamais son étoile n’a scintillé avec autant d’éclat…

En 1945, David Conover, un photographe travaillant pour le magazine Yank, écume les usines à la recherche de celle qui représentera l’implication des femmes dans l’effort de guerre.

Une enfance dans les bas-fonds de Los Angeles

Le 1er juin 1926, Norma Jeane Mortensen voit le jour à Los Angeles. Sa mère, Gladys Pearl Baker Mortenson Monroe, travaille comme monteuse dans un laboratoire cinématographique et est marié à Edward Mortensen, releveur de compteur de gaz. Bien que le couple ne soit pas très fortuné, les finances ne sont pas le point qui fait le plus débat.

Malheureusement, la mère de Marilyn est fréquemment sujette à des crises de schizophrénie et entretient de nombreuses liaisons extraconjugales. De fait, bien qu’étant marié à Edward Mortensen, elle affirmera que le père biologique de la petite Norma n’est nul autre que Stan Gifford, un homme qu’elle aurait fréquenté quatre mois après son mariage.

Cependant, Norma Jeane étant né dans une union reconnue officiellement, le nom de l’époux de sa mère sera inscrit sur son acte de naissance.

Pour la petite fille, ce n’est que le début d’une enfance difficile… Entre l’absence d’une figure paternelle et les nombreuses hospitalisations en centre psychiatrique de sa mère, Norma passe les sept premières années de sa vie dans des orphelinats, en familles d’accueils et chez des voisins (Albert et Ida Bolender) avant d’être placée sous la tutelle d’une amie de sa mère, Grace McKee.

En 1941, alors qu’elle n’a que 16 ans, Norma épouse Jim Dougherty, lequel rejoindra l’armée peu après leur mariage. C’est alors qu’elle abandonne ses études pour se lancer dans la vie active. En journée, Norma veille à l'ignifugation des ailes d'avions ainsi qu’à l'inspection des parachutes. Le soir, elle entretient son foyer telle une épouse modèle.

Cependant, le destin avait vu plus grand pour la belle rousse…



Dans le collimateur des photographes

En 1945, David Conover, un photographe travaillant pour le magazine Yank, écume les usines à la recherche de celle qui représentera l’implication des femmes dans l’effort de guerre. Alors qu’il est sur le point de baisser les bras, ses pas le conduisent vers une jeune femme à la crinière flamboyante. Séduit par la beauté de Norma Jeane, il la prend en photo le 26 juin 1945. La photo et surtout le charme de son modèle seront encensés par le public.

Pour Norma, ce sera le déclic.

Sans perdre une seconde de plus, elle démissionne de son emploi afin de se consacrer pleinement à sa carrière de mannequin. Ayant rejoint les rangs de l’agence Blue Book Modeling Agency, elle enchaînera les séances photos pour les magazines de pinups. En juste quelques mois, elle devient la "Mmmmm girl".

Encouragée par ce succès, elle commence peu à peu à rêver plus grand… Fascinée par le 7e art, elle tourne un premier film-test pour une collection de maillots de bain en décembre 1945. En 1946, elle divorce de son mari et décide de prendre son destin en main.

En 1947, elle fera son première apparition cinématographique dans Bagarre pour une blonde

De Norma Jeane Mortensen à Marilyn Monroe

En février 1946, elle commence à prendre des cours de théâtre et n’hésite pas à changer son apparence physique pour décrocher des rôles. La couleur originelle de ses cheveux disparaît au profit du blond platine qui deviendra sa marque de fabrique. De même, c’est à partir de cette époque qu’elle se dessine systématiquement un grain de beauté sur la joue.

Finalement, après des mois à passer des castings, la chance lui sourit. Ben Lyon, un cadre de la 20th Century Fox, tombe sous son charme. En plus de lui faire signer un contrat de six mois avec la Fox, il lui conseille de changer son nom en Marilyn Monroe.

Petit à petit, les contours de celle qui deviendra une icône planétaire se dessinent…

En 1947, elle fera son première apparition cinématographique dans Bagarre pour une blonde puis dans Dangerous year. N’ayant que des rôles mineurs, elle continue ses activités de mannequin, lesquelles lui permettront de décrocher le titre de reine honoraire du Festival des artichauts de Castroville (Californie).

En 1948, Marilyn Monroe signe un contrat de six mois avec Columbia. Malheureusement, suite à l’échec commercial de l’opus Les reines du Musical Hall, un film dans lequel elle a la vedette, ce dernier n’est pas renouvelé.

Déterminée, la plantureuse blonde ne baisse pas pour autant les bras. Quand les Marx Brothers lui proposent de jouer dans La pêche au trésor, elle saute sur l’occasion. Elle ne le regrettera pas…

Alors qu’elle promeut le film à New-York, elle rencontre Johnny Hyde, vice-président de la société artistique William Morris Agency. Sous le charme de sa beauté et de son talent, ce dernier deviendra non seulement son agent mais aussi son amant.

Le 2 mars 1950, elle signera un contrat de trois ans avec l’agence. Par la suite, cet engagement lui permettra de figurer dans le casting de Quand la ville dort, un film dans lequel son jeu d’actrice sera porté en liesse par le critique comme le grand public. Dans Eve de Joseph L. Mankiewicz, elle laisse la foule bouche bée. Néanmoins, c’est véritablement en 1952 que sa carrière décollera.

Ses clichés sulfureux la hissent au-niveau de sex symbol.

Et enfin, le succès vint

Pour Marilyn Monroe, 1952 est l’année du succès. La demoiselle tiendra le premier rôle sur 4 films à gros budgets : Le Démon s’éveille la nuit, Cinq mariages à l’essai, Troublez-moi ce soir et Chérie, je me sens rajeunir.

La même année, des photos où elles s’affichent nue refont surface. De fait, deux ans plus tôt, elle avait posé pour le photographique érotique Tom Kelley afin de boucler les fins de mois. Loin de réduire sa carrière à néant, ses clichés sulfureux la hissent au-niveau de sex symbol.

Le 7 avril 1952, elle fera même la première page du magazine Life, profitant de l’occasion pour s’expliquer sur ces photos. Dans la foulée, elle commence une romance avec Joe DiMaggio, un joueur de baseball légendaire.


En 1953, son interprétation sulfureuse d’une femme prête à tout pour occire son mari dans Niagara ne passe pas inaperçue. Même si les critiques la félicitent pour son audace, des ténors du milieu tels que Zanuck ou Joanes Crawford s’en prenne publiquement à elle. La même année, elle est à l’affiche de Comment épouser un millionnaire de Jean Negulesco.

Malgré quelques remarques désobligeantes, la carrière de Marilyn ne cesse d’aller de l’avant. Le 26 juin 1953, elle réalise enfin son rêve de petite fille… Sur le Hollywood boulevard, elle laisse ses empreintes dans le ciment du Grauman’s Chinese Theatre.

Cependant, pour Marilyn Monroe, tout n’est pas rose. Fatiguée de jouer les femmes fatales, elle désire montrer son savoir-faire au-travers de rôles plus profonds. Malheureusement, la Fox ne l’entend pas de cette oreille. Après moult disputes, Marilyn Monroe acceptera à contrecœur de jouer dans Rivière sans retour. Sur le plateau, la tension est à son maximum… Marilyn ne s’entend pas avec Otto Preminger, le réalisateur, et ne met pas le cœur à l’ouvrage. Fin 1953, la Fox lui ordonne de jouer dans The Girl in Pink Tights. S’en est trop pour Marilyn. Lassée de ces rôles sans profondeur, elle dit non de façon catégorique. En réaction, la Fox met fin à son contrat.

Sur le plateau de tournage du film Les milliardaires, elle rencontre l’acteur Français Yves Montand avec lequel elle aura une liaison.

Dans le creux de la vague

Le 14 janvier 1954, Marilyn Monroe dit oui à DiMaggio. Face à la presse, elle annonce vouloir se consacrer pleinement à son mariage. Seulement voilà… Amoureuse de l’art, elle ne parvient pas à rester très longtemps loin des feux des projecteurs.

En mars 1954, elle se réconcilie avec la Fox et tourne sous l’égide de cette dernière La joyeuse parade. C’est un échec cuisant. Sans se démoraliser, elle débute le tournage de Sept ans de réflexion, le film dont est tiré la scène culte de la grille de métro. L’image restera gravée dans les mémoires, la hissant de façon définitive au rang d’icône populaire.

En novembre 1954, son mariage avec Joe DiMaggio prend fin. Le 16 décembre 1954, elle pose ses valises dans la résidence new-yorkaise de Milton Greene, l’un de ses amis proches. Photographe de métier, il l’incite à fonder sa propre société de production afin d’avoir enfin les rôles qu’elle mérite.

Le 31 décembre 1954, Marilyn Monroe Productions Inc voit le jour. Pour la Fox, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. La compagnie annule son contrat le 15 janvier 1955.


L’envol de l’oisillon

En 1955, Marilyn Monroe retourne sur les bancs. D’abord aux côtés de l’actrice Constance Collier puis dans les amphithéâtres de l’Actors Studio.

Pendant qu’elle se recentre sur elle-même, Sept ans de réflexion devient un succès retentissant. Avec 8 millions de dollars de bénéfices réalisés, le film met en lumière le talent de Marilyn. Professionnels comme amateurs sont subjugués par sa prestation.

Cette prouesse n’échappe à la Fox qui rappelle Marilyn Monroe pour une énième fois. Néanmoins, forte de son succès, elle est en mesure de négocier un contrat avec de meilleures conditions.

En 1956, Arrêt d’autobus de Joshua Logan lui vaut une nomination aux Golden Globes. Le 2 juin 1956, elle se marie à Arthur Miller, un écrivain qu’elle fréquente depuis belle lurette.

Arrêt d’autobus est suivi du Prince et de la danseuse, un film léger qui ne rencontrera pas le succès escompté. Néanmoins, la prestation de Marilyn sera saluée par les professionnels européens. En plus du prix David di Donatello de la meilleure actrice étrangère et de 'Étoile de Cristal de la meilleure actrice étrangère en France, elle sera nommée pour un BAFTA.

Le 1er août 1957, elle fait une fausse couche, un événement traumatisant dont elle a de la peine à se remettre. Malgré tout, en 1958, elle commence à travailler sur Certains l’aiment chaud. Sorti en 1959, le film dépasse les attentes du studio. Nommé pour cinq oscars, il permet à Marilyn d’obtenir le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou une comédie.

En 1960, Marilyn Monroe est au sommet de sa popularité. Sur le plateau de tournage du film Les milliardaires, elle rencontre l’acteur Français Yves Montand avec lequel elle aura une liaison. Par la suite, elle enchaîne avec Les désaxés, lequel film sera un fiasco.


La descende aux enfers

Bien que ses finances se portent comme un charme, l’état mental de Marilyn Monroe ne cesse de se dégrader. Dépendante des médicaments et des spiritueux, elle commence progressivement à marcher dans les pas de sa mère… Internée à de multiples reprises, elle a de peine à garder pied.

Malgré tout, elle accepte de tourner Something's Got to Give. En janvier 1962, elle acquiert une hacienda au 12305, Fifth Helena Drive, Brentwood, Los Angeles.

Le 5 mars 1962, alors qu’elle remporte le Gloden Blobes de la vedette féminine du monde pour 196, c’est ivre morte qu’elle monte sur scène. Le 19 mai 1962, elle interprète "Happy Birthday, Mister President" lors de la fête donnée en l’honneur de son amant, le président Américain John Fitzgerald Kennedy.

Dans la nuit du 4 au 5 août 1962, Marilyn Monroe rend son dernier souffle. Jusqu’aujourd’hui, la raison de sa mort est indéterminée. Certains disent que c’est le fruit d’une association malheureuse entre médicaments et alcool. D’autres, que c’est un coup monté de la maison blanche. Le mystère plane toujours…

Le 8 août 1962, la dépouille de Norma Jeane Mortensen, plus connue sous le sobriquet de Marilyn Monroe, a été ensevelie au Westwood Village Memorial Park Cemetery.


Une icône du monde moderne


Diapositive de l'artiste "Mr Cute"

De son vivant, Marilyn n’a pas toujours été accueilli les bras ouverts par les professionnels du cinéma. Souvent cantonnée à des rôles de potiche, elle a néanmoins réussi à toucher le cœur des Américains.

Derrière cette beauté plantureuse, se lisait la souffrance de Norma Jeane Mortensen, une petite fille abandonnée par ses proches. Derrière les sourires, les poses langoureuses et les pom-pom-pi-dou, l’âme d’enfant de Marilyn était bien visible.

Pour les artistes, cette dualité était d’une beauté à couper le souffle.

Si la série de sérigraphies Marilyn Diptych d’Andy Warhold reste l’hommage posthume le plus connu à la diva, il est loin d’être le seul. Après la mort de sa défunte femme, Arthur Miller a écrit la pièce Après la chute. En 2006, l’œuvre Marilyn, dernières séances de Michel Schneider a remporté le prix interallié.

Adulée par l’Amérique, morte jeune, Marilyn Monroe n’a pas fini de faire couler de l’encre.

Encore maintenant, sa romance troublante avec John Kennedy déchaîne les passions… Et si elle avait réussi à évincer Jackie Kennedy ? Cette question, nombreux sont ceux à se la poser. Dans une diapositive géante, Mr Cute, un duo d’artistes Parisiens tentent d’y répondre.

Sensibles au charme de la belle blonde, ils ont surtout été touchés par le vécu tragique de cette femme qui ne désirait rien d’autre qu’être heureuse.

De son vivant, Marilyn Monroe a dit : "Le bonheur est la chose la plus importante au monde, sans bonheur, vous vivez une vie de dépression". Croyez-la sur paroles.


Qu’attendez-vous pour être heureux ? Stop waiting for Friday ! C’est maintenant qu’il faut mordre à pleines dents dans la vie.

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

The  Blog.

Abonnez-vous à notre newsletter
et recevez un bon d'achat de 

-10%

valable sur toute la boutique, pour votre 1er achat.

Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien râter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir chaque mois notre newsletter par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité.

  • Facebook Mr Cute
  • Instagram - Mr Cute Streetart

Copyright MR CUTE BROTHERS COMPANY - since 2015