Love Padlocks ou Cadenas de l'Amour

Mis à jour : févr. 10

Un voyage à Paris serait-il complet sans un passage sur le Pont des Arts? Depuis des décennies, les amoureux de tous bords profitent de leur passage dans la Ville Lumière pour sceller les liens qui les unissent.


Sur un cadenas, ils inscrivent leurs noms avant de jeter la clé dans les eaux ondulant en dessous.

Sur un cadenas métallique, les tourtereaux vont graver leur prénom. Main dans la main, ils fixent alors l’objet sur les grilles de la barricade. Afin d’être sûrs que rien ni personne ne viendra compromettre leurs intentions, ils envoient la clé dans les profondeurs fluviales.

Dans les grandes villes telles que Paris ou Rome, la tradition des cadenas d’amour est désormais bien implantée. Paradoxalement, peu de ses adeptes sont en mesure de dire quand tout cela a commencé…


Découvrez lors de vos promenades dans Paris les fameux "Mr Cute Love Padlocks" !

Les origines du cadenas d’amour

Les systèmes d’antivol n’ont pas toujours été associés à l’amour fusionnel. De fait, il fût une période où les cadenas ne servaient qu’à sceller des voies d’entrée.

Pour retrouver les origines du cadenas d’amour, il faut se rendre en Serbie, plus précisément à Vrnjacka Banja, dans le district de Raška. Dans ce village qui semble tout droit sorti d’un des poèmes d’Isidora Sekulić, les amoureux ont une façon bien particulière d’implorer l’aide des dieux…

Depuis des siècles, les fiancés se rendent sur le pont annexe à la cité, le Most Ljubavi, pour y sceller leur amour. Sur un cadenas, ils inscrivent leurs noms avant de jeter la clé dans les eaux ondulant en dessous.

D’après de nombreux auteurs, le pont Most Ljubavi serait le lieu de naissance de la tradition des cadenas d’amour. Popularisée par le texte Molitva za ljubav de la poétesse Desanka Maksimovic, cette pratique est désormais connue de tous.

En Europe de l’ouest, il faudra attendre le XXe siècle pour que le phénomène prenne véritablement de l’ampleur.


Malheureusement, rares sont les communes qui voient le rituel du cadenas d’amour d’un bon œil…

En 1992, l’Italien Federico Moccia décrit ce ballet amoureux dans un ouvrage intitulé Trois mètres au-dessus du ciel. Adapté pour la télévision en 2004, il mettra en lumière cette pratique romantique qui fait les beaux jours des amoureux du Pont Milvius. Deux ans plus tard, son deuxième roman J'ai envie de toi (Ho voglia di te) immortalisera à jamais ce phénomène.

Seulement voilà… Rares sont les hypothèses qui font l’unanimité. La genèse des cadenas d’amour ne fait pas exception à la règle.

Pour une partie de tranche de la population, les cadenas d’amour sont nés dans les années 1980 à Pecs, en Hongrie. Dans cette bourgade, la cathédrale n’est distante de la mosquée locale que de quelques mètres. Entre les deux édifices religieux, se trouve une grille de fer sur laquelle pullulent des cadenas d’amour.

Une autre assomption serait que la tradition serait originaire de Cologne, en Allemagne. À quelques pas de la gare, le pont Hohenzollern enjambe le Rhin. Sur ces barreaux en fer forgé, le passant peut apercevoir des centaines de cadenas dont les clés reposent au fond du fleuve…


Mr Cute Love padlock "Roméo & Juliette"

Mode d’emploi du cadenas d’amour

Séduit par le concept ? Désireux d’avoir votre propre cadenas d’amour ? Consacrer les liens qui vous unissent est un vrai jeu d’enfant d’autant plus que rien ne vous oblige à vous rendre à Paris.

Bien que le Pont des Arts (Paris, France), le Pont Milvius (Rome, Italie) et le pont de Luzhkov (Moscou, Russie) soient adulés par les amoureux, rien ne vous oblige à vous y rendre. De fait, il est possible d’accrocher un cadenas d’amour sur un arbre, un réverbère ou dans n’importe quel lieu qui revêt une importance pour votre couple.

Une fois le lieu trouvé, il est temps de passer à la deuxième étape : trouver le cadenas idéal.

Là encore, nul besoin de chercher midi à quatorze heures. Les cadenas qui ont fait la réputation du Pont des Arts sont aisément trouvables dans les quincailleries. Pour une somme modique, vous pourrez y faire graver vos prénoms et peut-être une date particulière (rencontre, mariage, etc.).

Vous n’avez plus qu’à passer l’anse du cadenas autour d’un barreau et à la refermer. D’un geste décidé, jetez la clé dans le fleuve le plus proche en tenant votre moitié par la main. Désormais, votre couple est prêt à faire face à toutes les situations. Votre cadenas d’amour ne bougera pas d’un pouce à moins que les autorités administratives n’en décident autrement…


Cadenas d’amour et municipalités : un bras de fer qui s’éternise

Malheureusement, rares sont les communes qui voient le rituel du cadenas d’amour d’un bon œil… Pour les amoureux, ce n’est qu’une pratique sans danger et particulièrement romantique. Pour les municipalités, c’est une épée de Damoclès qui met à mal l’intégrité des biens publics.


Paris : la ville de l’amour mais pas que…

Bien que la capitale française ne soit pas à l’origine de cette tradition, elle est rapidement devenue l’épicentre de ce phénomène. À compter de 2008, le Pont des Arts se pare de multiples cadenas sur lesquels figurent les prénoms des amoureux transis. Par la suite, le pont de l’archevêché et la passerelle Simone-de-Beauvoir sont aussi touchés par le phénomène.

Malheureusement, pour les infrastructures, porter le poids de tous ces éléments n’est pas de tout repos… Le 4 juin 2014, sous l’effet de toute cette masse, un pan entier de la grille tombe, manquant de blesser les touristes et les badauds.

Suite à cet incident, la mairie de Paris prend les taureaux par les cornes. En début 2015, elle retire toutes les grilles portant les cadenas d’amour et les remplace par des panneaux en verre. En tout, ce ne sont pas moins de 70 tonnes qui sont ainsi retirés. Pour les amoureux, c’est la douche froide…

À noter que les grilles du Pont des Arts ont été vendues aux enchères le 13 mai 2017. En tout, elles ont rapporté 250 000 €, lesquels ont été reversés aux associations Solipam, l'Armée du Salut et Emmaüs Solidarité.

Néanmoins, cette opération n’a pas découragé les tourtereaux. Désormais, c’est sur le Pont Neuf que les couples immortalisent leurs liens au grand dam de la municipalité. Peut-être cette dernière gagnerait-elle à s’inspirer des stratégies russes…



Moscou : la capitale des arbres d’amour

Pour préserver le patrimoine national sans pour autant entraver la fougue des amoureux, l’administration russe a eût une idée de génie.

Sur le pont Loujkov, la mairie a installé des arbres métalliques afin d’accueillir les cadenas de l’amour. Ce faisant, les grilles du pont n’ont pas à jouer ce rôle. Sur le plan esthétique, les arbres d’amour sont très vite devenus des attractions à part entière.

Très vite, cette stratégie a été adoptée par d’autres pays. En Italie, le maire Walter Veltroni rend illégal l’accrochage de cadenas d’amour sur les biens publics. Ceux qui ne respectent pas la loi sont contraints à payer une amende de 50 €.

Cependant, afin que les amoureux ne soient pas désemparés, la ville installa des poteaux sur lesquels ils peuvent accrocher leurs cadenas.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

The  Blog.