GOLDORAK : les héros sont éternels

Dernière mise à jour : mars 18


Il traverse tout l’univers

Aussi vite que la lumière

Qui est-il ? D’où vient-il ?

Formidable robot

Des temps nouveaux


Il jaillit du fond de la mer

Il bondit jusqu’à Jupiter

Qui est-il ? D’où vient-il ?

Ce terrible géant

Des temps nouveaux


C’est Goldorak le grand

Le grand Goldorak

C’est Goldorak le grand

Le grand Goldorak

Pour la jeunesse des années 80, ce générique est tout simplement inoubliable. Le 3 juillet 1978, le robot géant imaginé par le prince Actarus débarque sur le petit écran Français. Depuis, l’engouement autour de ce personnage de fiction n’a cessé de croître.

Goldorak, c’est une histoire où la résilience côtoie la bravoure. C’est une odyssée héroïque où le bien affronte le mal sans relâche. Mais c’est aussi la légende d’un prince qui n’a d’autre choix que de partir de sa planète en abandonnant tout derrière lui.

Créée en 1975, la série animée a indéniablement marqué la culture populaire. Sentaï school, Spirou et Fantasio, Astérix… Nombreuses sont les références au robot géant présentes dans les créations françaises. À Saint-Jean-de-Boiseau, la chapelle de Bethléem a bâti une chimère représentant Goldorak en tant que preux chevalier au cœur pur. La preuve que les héros sont éternels…


Goldorak : un chef-d’œuvre de l’animation japonaise

Goldorak débarque en France le 3 juillet 1978.

En 1975, Toei Animation dévoile au public nippon sa nouvelle création : UFO Robo Grendizer. Son créateur, Gô Nagai, n’en est pas à son coup d’essai. Avant Goldorak, il avait déjà rencontré le succès avec Devilman (1972), Mazinger Z (1972) et Cutie Honey (1973).

Du 5 octobre 1975 au 27 février 1977, chaque dimanche, avant le journal de 20 h, les enfants Japonais se réuniront pour découvrir les aventures du prince Actarus. Bien avant que l’hexagone ne s’intéresse au monstre mécanique, ce dernier faisait le bonheur des enfants du pays du soleil levant…

Fier représentant du genre mecha, Goldorak débarque en France sur Antenne 2 le 3 juillet 1978, dès la première émission de Récré A2, à 18 heures, déjà présentée par Dorothée. Le succès est immédiatement au rendez-vous. Rebaptisée "Goldorak, le robot de l'espace", la série sera diffusée jusqu’au 24 octobre 1980.

Composée de 74 épisodes d’une durée de 26 minutes chacun, la série présente une histoire dont la trame principale n’a rien à envier aux drames de Shakespeare.


Goldorak : l’histoire d’un prince déchu

Assoiffé de pouvoir, l’empire de Véga s’est donné pour mission d’éradiquer toutes formes de vie présente dans l’espace. Parmi leurs innombrables victimes, Euphor, une planète pacifique où il faisait bon vivre.

Lors de l’invasion, le prince d’Euphor a réussi à passer entre les lignes ennemies. Agile comme un singe, il s’est emparé d’un des robots géants de la flotte adverse et s’en est servi pour prendre le large. Cet engin de combat n’est autre que Goldorak, aussi appelé Grendizer dans la version originale.

Abattu moralement, épuisé physiquement, le prince d’Euphor fait un atterrissage catastrophe sur une étrange planète bleue. Heureusement pour le jeune homme, il est trouvé par le Professeur Procyon (Genzō Umon) qui décide de prendre soin de lui.

Résidant au pied des Monts Yatsugatake, le chercheur au grand cœur présente le jeune prince comme étant Actarus Procyon, son fils bien-aimé. Pour le préserver des personnes mal intentionnées, il camoufle son robot, Goldorak, dans une base souterraine. Ressemblant en tous points à un être humain lambda, le prince d’Euphor mène une vie paisible aux côtés de son père adoptif.

Malheureusement, deux ans après son arrivée sur Terre, Actarus est confronté à son pire cauchemar… L’empire de Véga est déterminé à annihiler la Terre. Ni une, ni deux, il monte à bord de Goldorak pour défendre cette planète qui lui est chère.


Goldorak : une histoire au cœur des polémiques

Cet animé était l’un des rares à avoir su capturer l’essence de l’âme humaine


Le succès de Goldorak ne tient pas qu’en ses combats spectaculaires. En 1975, cet animé était l’un des rares à avoir su capturer l’essence de l’âme humaine. Actarus est loin d’être un superhomme… Bien qu’il possède des capacités physiques exceptionnelles, son âme est déchirée par de nombreuses blessures.

Utopiste, il rêve d’un monde où tout le monde pourrait vivre en harmonie. Malheureusement, très vite, il se rendra compte que concrétiser ce rêve ne peut se faire sans prendre les armes… Imaginez la souffrance qu’il a ressenti à cet instant précis…



Mais ce n’est pas tout… Goldorak est une série qui brille par la qualité de ses intrigues. À une époque où les animés étaient bon enfant, Gô Nagai a préféré explorer le côté obscur de la nature humaine. Dans Goldorak, les manipulations mentales sont légion et les décès brutaux figurent régulièrement au programme.

Pour de nombreux parents, cette vision brute du monde eût du mal à passer…

En 1981, Liliane Lurçat, psychologue Française alors bien connue des médias, rédigea un ouvrage sur l’influence psychologique de l’animé sur les jeunes enfants. Baptisé À cinq ans seul avec Goldorak, il tirait à balles réelles sur la série, décriant sa violence et son effet addictif.

Dans sa ligne de mire, les combats de robots et la profondeur de certains tournants de l’histoire. Peu habitués à ces représentations, des associations de parents tentèrent à maintes reprises de faire annuler l’émission. Heureusement, toutes leurs tentatives furent vaines.

Près d’un demi-siècle après sa parution, la série a été immortalisée à de maintes reprises que ce soit dans des chansons, des bandes dessinées et des places publiques.


Goldorak : un héros qui ne mourra jamais

Est-il vraiment possible d’énumérer les références à Goldorak dans la bande dessinée ? Rien que dans le monde francophone, on peut citer Sentaï school, Léonard, Spirou et Fantasio, Astérix, Placid et Muzo, Piforak, …

Dans son dessin animé "Il était une fois… l’espace", Albert Barillé a rendu un vibrant hommage au géant dans son épisode intitulé "La révolte des robots". C’est avec joie que les spectateurs ont reconnu des termes propres au monde d’Actarus tels que fulguropoing ou cornofulgure.

Dans le monde musique, des artistes comme DSL, Rap full HD ou les daft punk se sont inspirés de la lutte d’Actarus pour écrire leurs ballades. Dans la vie de tous les jours, les habitants de Thiers passent chaque jour devant une statue de Goldorak haute de 7 mètres. Pour les catholiques communiant à la chapelle de Bethléem, le robot géant prend des allures de chimère protectrice.

Et ce n’est pas tout… Dans l’art urbain, Goldorak est régulièrement représentée. Qu’il prenne la forme d’une sculpture en résine ou se prélasse dans un bain de mousse, Goldorak est un personnage fort de la culture populaire.

Pour ne jamais oublier à quel point vous êtes brave, faites donc un peu de place pour les personnages de Goldorak chez vous. Attention… Cela n’a pas à être trop sérieux. Pour le faire en toute décontraction, optez pour un tableau représentant Actarus enlacé par une jeune fille voluptueuse.

Les héros sont éternels. Pourquoi ne pas les garder à côté de vous ?