Les nouvelles capitales de l’art : New York est-elle encore la place n°1 de l’art mondial ?

Dernière mise à jour : il y a 3 jours



The city that never sleeps, the big apple, Gotham, la ville debout, etc. Peu importe le sobriquet, la ville de New York ne s’est jamais départie de sa réputation de capitale de l’art. Entre les comédies musicales de Broadway et les nombreuses galeries marchandes, la ville a toujours attiré esthètes et collectionneurs.

Et puis, un jour, les choses ont changé…

Même si les expositions ne désemplissent pas, de nouvelles villes s’imposent sur la scène culturelle. Face à la contemporaine Bayonne, la luxueuse Dubaï et l’exotique Shanghai, la ville de New York fait-elle encore le poids ?



Dubaï : quand les artistes rencontrent les khalifes


Dubaï est la ville de tous les possibles. Ce qui n’était auparavant qu’un bout de terre désolée longeant la mer est devenu une métropole de 3,3 millions d’habitants. Au sein de cette population vivent plus de 85 % d’expatriés issus des cinq continents. Forcément, la scène artistique de la ville du golfe persique est un véritable méli-mélo de couleurs. Les salons d'art contemporains majeurs s'installent.

Des galeries telles que le Jameel Arts Centre et le Sharjah Art Foundation ne désemplissent jamais. À mi-chemin entre l’Afrique, l’Europe et l’Asie, à quelques heures de vol des États-Unis, Dubaï attire les artistes en quête de mécènes et de clients fortunés.

En 2021, l’artiste indien Jafri y a vendu sa toile "the journey of humanity" pour 62 millions de dollars. Nombreux sont ceux qui rêvent du même destin…



Bayonne : le temple du street art


Les capitales mondiales culturelles se déplacent. Un jour, Bayonne aussi peut se retrouver au centre diu monde. Pendant longtemps, qui disait "artiste français" disait "artiste parisien". Avec ses constructions majestueuses et son architecture époustouflante, la Ville Lumière a longtemps été le temple de la culture en France. Aujourd’hui, ce n’est plus tout à fait le cas.

Même si des artistes décalés, tels que Mr Cute, continuent de surprendre les passants, à quelques kilomètres de là, une autre ville française se démarque.

Au cœur du département des Pyrénées-Atlantiques, la cité de Bayonne est le nouveau terrain de jeu des artistes contemporains. Véritable musée à ciel ouvert, la ville revêt un nouveau visage à chaque coin de rue.

En 2018, la fresque de Nika Kramer a redonné ses lettres de noblesse à la cité fluviale. Dans la même lancée, la femme futuriste de Dehi a fait du 5, rue Ulysse Darracq – Rés. Ste Catherine une adresse incontournable. Avec Hitza Hitz, le duo basque Sismikazot revendique les valeurs qui ont fait de la France la grande nation qu’elle est aujourd’hui.

Surprenante, déroutante, la cité de Bayonne se positionne de plus en plus comme une nouvelle capitale de l’art urbain.



Shanghai : l’étoile montante de l’art asiatique


Est-il encore nécessaire de narrer la croissance du marché de l’art asiatique ? Poussée par l’émergence d’une nouvelle classe et ses nouveaux millionnaires, la Chine rêve de paysages oniriques.

En 2019, les galeries et artistes indépendants ont réalisé un chiffre d’affaires de 5,7 milliards (source : cn.art.com). Comptant pour 36 % du marché global, l’art chinois enregistre la croissance la plus forte (source : theartnewspaper.com). Et au centre de ces échanges, se trouve Shanghai, la ville la plus peuplée du pays.

Yue Minjun, Liu Wei, Gu Wenda, etc. Portés par ces artistes novateurs, Shanghai s’impose progressivement comme une place tournante de l’art.

New York est-elle encore la capitale mondiale de l’art ? Oui. Mais si les occupants des galeries qui s’y trouvent se reposent sur leurs lauriers, ils risquent fort d’avoir de mauvaises surprises…

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

The  Blog.